Du Temps Pour Moi

Pourquoi a-t-on faim?

Pourquoi éprouvons-nous deux ou trois fois par jour le besoin de manger alors que nous disposons d’au moins trois à quatre semaines de réserves énergétiques? Pourquoi les personnes très dénutries n’ont-elles pas faim. Quels mécanismes régulent si finement l’appétit et la satiété?

L’hypothalamus, zone vitale située dans le plancher du cerveau, comporte un centre de l’appétit et un centre de la satiété. La destruction du centre de la faim diminue la prise de nourriture et supprime le rythme des repas, alors que la destruction du centre de satiété provoque une suralimentation permanente.

Ces deux centres sont contrôlés par des neuromédiateurs et par des hormones venues du tube digestif ou du tissus adipeux. L’alternance entre la faim et la satiété dépend de l’équilibre entre les deux centres. Celui qui est plus stimulé que l’autre déclenche la sensation correspondante, faim ou satiété.

 

– Le glucose: une baisse de 7% de la glycémie déclenche la faim, même si la glycémie est trop élevée comme chez les diabétiques de typeII. A l’inverse, l’augmentation de la glycémie stimule le centre de satiété.

– Les lipides: la baisse des réserves de lipides dans les cellules adipeuses diminue le taux de leptine, ce qui stimule le centre de l’appétit. A l’inverse, plus le stock de lipides s’élève, plus le taux de leptine augmente et freine l’appétit. 

– Les acides aminés: ces élémens ne sont pas stockables dans le corps humain et leur taux sanguin naturel est très faible. L’appétit est coupé dès que ce taux augmente au cours de la digestion des protéines. Les acides aminés sont le coupe-faim le plus efficace qui soit.

– L’estomac: la distension de la paroi de l’estomac puis de l’intestin libère des hormones ou des médiateurs qui informes le cerveau de la plénitude des organes, diminuent le plaisir lié à l’absorption des aliments et coupent l’appétit.

C’est parce que l’estomac est plus vite distendu, ce qui active le centre de la faim, que l’anneau gastrique est efficace dans les grandes obésités. Sans ce mécanisme hormonal, rien n’empêcherait l’opéré de grignoter toute la journée. Boire un grand verre d’eau pour remplir l’estomac est un autre moyen de tromper la faim.

 

– Les sens. La vue et l’odorat sont deux stimulants puissants: la vue d’un plat ou la perception d’une odeur de cuisson déclenchent la sensation de faim que la concentration ou que l’occupation masquaient. Un régime atificiel qui ne stimule ni la vue ni l’odorat débouche rapidement sur une perte de l’appétit.

– Le rythme circadien. L’alternance jour/nuit règle nos heures d’appétit par l’intermédiaire de la mélatonine, hormone qui régule aussi notre sommeil. Les changements d’heure d’été ou d’hiver perturbent notre rythme circadien pendant quelques jours, puis notre cerveau se cale sur les nouveaux horaires, à la différence de celui des bébés ou des animaux.

– Les habitudes. Les heures de repas sont déterminées par notre mode de vie. Le cerveau émet un signal de faim à midi ou 13 heures parce qu’il a appris que c’était l’heure de manger. A contrario, les repas doivent être programmés à l’avance chez les astronautes car il n’existe alors ni rythme circadien, ni contraintes sociales.

– La chaleur. Qu’elle soit extérieure (le climat) ou interne (dégagée par la digestion), la chaleur tend à diminuer l’appétit chez la plupart d’entre nous.

 

L’appétit et la satiété sont les perceptions par lesquelles notre cerveau stabilise notre poids autour d’une valeur d’équilibre (le « set-point »). Ce système, très sensible, peut être perturbé par:

– une maladie du système nerveux (dépression, Parkinson, Alzheimer, traumatisme crânien, maladie génétique, anorexie, boulimie);

– un trouble psychologique qui privilégie le plaisir du contact buccal ou oral par rapport à la perception de faim (ce qui engendre le grignotage);

– le stress, l’anxiété et les émotions, qui élèvent les taux d’adrénalineet de noradrénaline dans le cerveau, coupant ou stimulant l’appétit selon la personnalité;

– les médicaments du système nerveux, les drogues, même douces, l’alcool, le tabac.

 

– L’envie est une sensation psychique destinée à satisfaire un besoin affectif ou à procurer un plaisir sans necessité psychologique.

– L’appétit est une sensation corporelle, un état d’ouverture et de disponibilité destiné à assurer l’équilibre de notre balance énergétique.

– La faim est une sensation impérieuse, parfois douloureuse et accompagnée de contractions de l’estomac.

 

Réapprenez à percevoir et à respecter vos sensations physiologiques pour mieux répondre aux besoins réels de votre corps: les envies ne font pas bon ménage avec la balance! 🙂