Aspartame - Edulcorant

Présents dans les boissons et autres produits dits « light » ou « sans sucre », vendus sous forme de sucrettes ou de poudre, les édulcorants ont envahi notre alimentation. Leur intérêt est démontré depuis longtemps, mais ils doivent être consommés avec modération.

 

 

  • 1/ Qu’est-ce qu’un édulcorant ?

 

C’est une substance qui possède un pouvoir sucrant. On en distingue plusieurs types:

 

les édulcorants naturels : ce sont le sucre et le miel, le glucose et le fructose. Ils sont notamment employés en pâtisserie et en confiserie;

 

les édulcorants nutritifs dérivés de produits naturels : ce sont le sirop de glucose (extrait de l’amidon) et les polyols. Ces derniers ont une masse semblable à celle du sucre, d’où leur emploi en confiserie et plus particulièrement dans les chewing-gum dits « sans sucre »;

 

les édulcorants intenses ou de synthèse : sous un tout petit volume, ils ont un pouvoir sucrant très fort. La saccharose et les cyclamates connaissent un usage limité. L’acesulfam K est employé dans les boissons sans alcool et les gommes à mâcher. L’aspartam, enfin, est le plus utilisé par l’industrie agroalimentaire, dans toutes sortes de produits, et il existe également en poudre ou en comprimé pour les utilisations des particuliers.

 

 

  • 2/ Les calories des édulcorants

 

Les polyols sont des glucides qui fournissent 4 calories par gramme. En théorie. Car ils ont la propriété de ne pas être entièrement absorbés dans l’intestin: ils ne franchissent que peu ou pas du tout la barrière de la membrane intestinale et , pas conséquent, ne rejoignent pas tous ou qu’incomplètement la circulation sanguine. Leur apport est donc inférieur à 4 calories par gramme. On ignore en fait sa teneur en calorie vu que l’absorption varie d’une personne à l’autre.

 

Les édulcorants intenses n’apportent pas de calories , ou très peu. Ainsi, l’aspartam, qui est composé de deux molécules d’acides aminés, fournit 4 calories par gramme (comme les protéines). Mais son pouvoir sucrant est tellement fort (150 fois celui du sucre) qu’il n’en faut qu’une dose infime. Un comprimé de 45 mg a le même pouvoir sucrant qu’un morceau de sucre de 5g (1g = 1000 mg); or le second contient 20 calories contre 0,17 pour le premier.

 

 

  • 3/ Dépendance au sucre ?

 

Peut-être faite-vous partie de la grande tribu des phobiques du sucre, qui lui attribuent tous les maux de la terre mais qui, en même temps, ne peuvent pas se passer de la saveur sucrée ? Dans ce cas, les édulcorants vous sont utiles car grâce à eux, vous aurez le goût su sucre sans les inconvénients .

 

De même, si vous êtes de ceux ou celles qui ont le « bec sucré », c’est-à-dire qui sont fous de produits sucrés, votre consommation est certainement excessive, d’où des problèmes de poids. Les édulcorants vous permettront effectivement de mieux gérer votre alimentation.

 

Mais cette culture intensive du goût sucré ne peut être confortée par l’emploi systématique d’édulcorants. Et cela d’autant plus que, en raison de leur faible teneur en calories, on a tendance à les utiliser largement. Ce qui ne fait que renforcer la dépendance au sucre.

 

 

  • 4/ Les édulcorants n’aident pas à maigrir

 

De nombreuses études médicales démontrent que l’emploi systématique d’édulcorants n’a pas d’effet sur l’amaigrissement. ce qui est logique. Les édulcorants remplacent certes le sucre (4 calories par gramme), mais ils sont souvent associés à des produits gras (9 calories par gramme) dans les confiseries et biscuits. L’économie de calories n’est donc pas du tout évidente , loin de là !

 

 

  • Mon conseil :

 

Moins vous mâcherez de chewing-gum ou de bonbons « sans sucre », moins vous boirez de boissons « light », moins vous vous servirez de « sucrettes », mieux ce sera pour votre équilibre et votre ligne. Utilisez éventuellement un édulcorant en poudre pour vos desserts.

 

 

  • (!) Attention  :

 

L’aspartam est déconseillé pendant la grossesse car il renferme ne substance appelée phénylalanine. Or il existe une maladie congénitale (systématiquement dépistée à la naissance), la phénylcétonurie, qui est une intolérance à cet acide aminé.
Mieux vaut ne pas prendre de risque ! 😀

 

 

 

 

 

 

 

 

1 comment on “Utiliser les édulcorants”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.