Imagine 2020

Du 24 au 27 août 2011, artistes, experts et scientifiques de 9 pays européens se réunissent au domaine d’O, à Montpellier, qui a l’honneur d’organiser la première université d’été du réseau « Imagine 2020 ». Ce vaste réseau, récemment créé, réunit des lieux culturels publics ou privés, qui ont une volonté commune de s’engager dans la dynamique globale de la lutte contre le réchauffement climatique. Un espace de réflexions où artistes et scientifiques dialoguent pour apporter une réponse sensible à la question du changement climatique, éveiller les consciences et faire évoluer les comportements.

Formé pour cinq années et soutenu à hauteur de 2,2 millions d’euros par la Commission européenne, pour un budget global de 4,4 millions d’euros, le réseau « Imagine 2020 » a prévu de réunir chaque année artistes et experts dans un pays différent, autour d’une problématique en lien avec l’environnement, et ce, dans le but de donner naissance à de futures créations contemporaines à l’horizon 2015. Alors qu’est célébrée l’Année Internationale des Forêts, cette première université d’été est l’occasion d’aborder, grâce à l’intervention des meilleurs experts européens, la question de la forêt en tant que lieu primordial de vie pour des centaines de millions de personnes et en tant qu’écosystème essentiel à la survie de l’espèce humaine.

11 structures artistiques européennes se mobilisent à travers un réseau art et science inédit. Les membres du réseau sont tous animés de la même volonté d’encourager le secteur culturel européen à faire sa « révolution verte », tant dans la gestion des structures au quotidien que dans les projets artistiques qui y sont créés ou diffusés.

L’ensemble des actions du réseau s’articule autour de quatre principaux objectifs :

  1. Créer : informer et soutenir une génération d’artistes en Europe pour leur permettre de prendre en compte le changement climatique dans leur travail.
  2. Connecter : initier un changement significatif dans le monde du spectacle vivant, en conciliant les collaborations internationales, la mobilité et la liberté artistique, avec leur impact sur l’environnement.
  3. Apprendre et échanger : encourager les échanges créatifs entre le monde de l’art et les scientifiques et les politiques, pour élever le niveau des débats actuels et imaginer des solutions.
  4. Communiquer et documenter : susciter auprès du public européen une prise de conscience et l’envie d’agir.

Ainsi, Le Domaine d’O, organisateur de la première université a souhaité orienter le sujet autour du rôle social, économique et culturel primordial que joue la forêt dans nombre de sociétés. Des spécialistes permettront de développer une réflexion sur l’importance de la forêt en tant qu’écosystème essentiel pour la sauvegarde de la planète, et a fortiori de l’espèce humaine.

Une trentaine de participants de toute l’Europe sont conviés à mener une réflexion autour de cette thématique : des artistes (compagnies de théâtre, danseurs, performeurs, plasticiens, musiciens), des chercheurs et experts (botanistes, écologues, économistes environnementaux, anthropologues, experts en foresterie…) de la Scotland University IHP-HELP Centre for Water Law, Policy and Science (UNESCO), du Centre International de Recherche Agronomique pour le Développement (CIRAD), de l’Institut Du Développement Durable et des Relations Internationales (IDDRI), de l’Institut de Recherche pour le Développement (IRD), de l’association SILVA… et également le Fonds Nature Addicts en tant qu’observateur.

Après une journée d’immersion dans la forêt domaniale du Mont Aigoual avec l’Office National des Forêts, les participants de l’université d’été sont invités à regagner le domaine d’O pour trois jours intenses d’ateliers thématiques. En soirée, ils sont invités à assister au festival de musique et de cinéma Les Nuits d’O, qui se tient au domaine d’O du 18 au 27 août et dont l’une des nuits est sur le thème de la forêt.

A l’issue de l’université, la captation artistique réalisée par Claire Ananos, permettra de restituer le fruit des pensées et des échanges menés sur ces quatre journées et de nourrir la réflexion des artistes pour l’élaboration de leurs futures créations.

Le domaine d’O, un lieu culturel précurseur en France

Situé à l’orée de la ville de Montpellier dans un magnifique parc de 23 hectares, le domaine d’O est une ancienne « Folie» montpelliéraine édifiée au XVIIIe siècle. Outre le parc à la française et le château, son amphithéâtre de verdure et son théâtre en ont fait l’un des lieux de culture les plus originaux de France, avec une programmation pluridisciplinaire et atypique en hiver et pas moins de sept festivals organisés en période estivale.

En 2009, le Conseil général de l’Hérault, principal financeur du domaine d’O, a décidé d’en faire un Etablissement Public Industriel et Commercial pour affirmer et soutenir la vocation culturelle de ce lieu exceptionnel. André Vezinhet, Président du Conseil général de l’Hérault, fait du développement durable un axe principal de sa politique départementale.

Le domaine d’O est dirigé par Christopher Crimes qui a été administrateur à l’ouverture de la Maison de la Culture du Havre, directeur de la Filature – Scène Nationale – à Mulhouse et plus récemment du Quai à Angers. Il affirme un nouveau projet en phase avec son temps : faire du domaine d’O un lieu de référence international, où arts et sciences dialoguent et apportent des réponses nouvelles aux changements globaux, à travers des spectacles métissés, hybrides, insolites, des rencontres, des goûters et des projets d’écritures.

La Nuit des Chercheurs, organisée depuis 2009, est à ce titre un temps fort très attendu de cette rencontre entre artistes et scientifiques. Le domaine d’O a par ailleurs intégré une démarche éco-responsable à toutes ses activités. Le domaine d’O a donc naturellement rejoint le réseau Thin Ice dès 2008 aux côtés de six autres structures en Europe, membres fondateurs du réseau étendu Imagine 2020 en 2010.

« Impliqué personnellement depuis de nombreuses années dans la création et le rapprochement de réseaux art et science à l’échelle européenne, je suis fier et heureux d’accueillir la première université d’été d’Imagine 2020. J’espère qu’elle sera une première étape riche en projets et réflexions autour des changements globaux dans la perspective d’un aboutissement en 2015 », Christopher Crimes, directeur du domaine d’O.

Pour plus d’informations sur cette manifestation ainsi que sur le projet « Imagine 2020 » rendez-vous sur www.domaine-do-34.eu & www.imagine2020.eu

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.