Bouteille

La superficie des rayons « eaux » dans les grandes surfaces est impressionnante. Les packs d’eaux en bouteilles s’y accumulent. Comment distinguer « eaux de table » et « eaux de source » ?

 

  • 1/ La jungle des eaux en bouteille

 

Les français boivent près de 10 milliards de litres d’eau embouteillée par an. Ce qui fait, en moyenne, 124 litres par an et par personne. Et nous place au deuxième rang européen. Les italiens sont encore plus consommateurs que nous avec 150 litres par an.

 

Nous sommes donc de très gros consommateurs d’eaux que nous appelons généralement de  » l’eau minérale  » par rapport à celle du robinet. Or les « eaux de tables » et les « eaux de source », si elles sont bien dans des bouteilles ne sont pas pour autant de « l’eau minérale ».

 

 

  • 2/ D’où vient l’eau que nous buvons?

 

Celle qui sort du robinet est l’au de distribution publique. Elle se doit d’être potable, c’est-à-dire ne pas porter atteinte à la santé. Les critères de potabilité sont très stricts. L’eau provient, selon les régions, de nappes souterraines, de sources ou de cours d’eau. Avant d’arriver dans nos éviers et nos lavabos, elle a subi des filtrages et a été traitée au chlore ou à l’ozone de façon à détruire tout germe microbien.

 

Cependant dans certaines régions, elle est trop riche en nitrates et dépasse la norme européenne qui est de 50mg par litre. Les eaux en bouteilles, pour la plupart, sont issues de sources, dont la France est très riche.

 

 

  • 3/ Les « eaux de table »

 

Ce sont les moins chères du marché. Elles proviennent souvent d’une source, mais elles peuvent être aussi de l’eau de distribution publique tout simplement mise en bouteille. D’où qu’elles viennent, ces eaux sont simplement tenues de respecter la réglementation sur l’eau potable. C’est tout !

 

Regardez l’étiquette. L’origine de l’eau y est obligatoirement indiquée. C’est la seule obligation légale avec l’indication du volume contenu dans la bouteille.

 

 

  • 4/ Les « eaux de source »

 

Celles-ci viennent d’une source déterminée qui fournit de l’eau potable à l’état naturel. Pour exploiter cette source, une autorisation préfectorale est nécessaire.

 

Ces eaux sont mises en bouteille dès la sortiede leur source ou de celles des canalisations menant à la station d’embouteillage. Elles ne subissent pas de traitement ni aucune manipulation car tout est automatisé. L’eau que vous buvez est telle qu’elle était sous le sol.

 

L’étiquetage indique sa nature, son origine, le numéro de l’autorisation préfectorale d’exploitation de la source et le volume d’eau contenu dans la bouteille.

 

 

  • 5/ Les « eaux gazéifiées »

 

Ce sont des eaux de sources ou de distribution publique dans lesquelles on aajouté, comme leur nom l’indique, un gaz. C’est du gaz carbonique ou un autre gaz provenant d’une nappe souterraine.

 

La nature de l’eau, son origine et le traitement qu’elle a subi sont obligatoirement mentionnés sur l’étiquette.

 

 

  • 6/ « Eaux minérales » et « eaux de source »

 

Les eaux minérales proviennent bien sûr de source. Mais, comme leur nom l’indique, elles contiennent des sels minéraux. Ces minéraux leur confèrent des propriétés thérapeutiques, justifiant leur classement en eaux minérales. Elles répondent à une législation différente des eaux de sources qui, elles, ne contiennent pas ou seulement des traces, de sels minéraux.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.